Le waulking

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Résumé de l’article « Connaissez-vous le waulking ? » de l’édition numéro 38 – avril 2016 du magazine KELTIA.

Le waulking, ou luadh

Le rituel du foulage était appliqué par les tisseuses sur le tweed ou les tissus pour kilts et aodaich. Il se décompose en quatre parties : rétrécissement pour épaissir et protéger le tissu, nettoyage,pliage pour égaliser, en enfin consécration du tissu. Cela devait se réaliser en une journée, de préférence un jeudi car le jeudi est « le jour renforçant le pouvoir de prières ». Tôt le matin, on installe une table de 3 à 7 mètres de long. Pour commencer, le tissu est baigné dans de l’urine humaine, qui contient de l’ammoniaque, indispensable pour fixer les couleurs du fil. Il y a aussi une dimension spirituelle, puisque le vêtement contient ainsi une partie des membres du clan. On passe ensuite à la phase de rétrécissement. Le tissu est posé sur la table. Il passe entre les mains de toutes les femmes afin qu’il soit traité de manière égale par tout le monde. Il tourne dans le sens contraire des aiguilles d’une montre, sens involutif. Ce travail est accompagné d’òrain luaidh, les chants de foulage. Ces chants mesurent le temps. Ils sont vifs et entraînants pour accompagner le rythme soutenu du frottement. Ils sont chantés par des femmes célibataires, donc « potentiellement » vierges. Or la vierge est la fée, donc un personnage magique. Au début, elles commencent par tremper le tissu d’eau chaude et de savon, et au fur et à mesure, on diminue le savon pour le nettoyage. A la fin, le tissu est rétréci, plus dense, et les couleurs sont vives et bien attachées au tissu. Ensuite, c’est le moment du pliage. Coilleachadh an aodaich, c’est-à-dire enroulage du tissu. Le tissu est placé au bout du plateau. La maîtresse de cérémonie dit Cuirim ca deiseal « je lui donne un tour dans le sens du soleil ». Les femmes faisaient ainsi tourner le tissus dans le sens du soleil pendant que la maîtresse, la Coisreagan, récitait une prière obscure (la prière est la formule magique).

Pour résumer, le tweed, ou kilt, un vêtement imprégné par les membres du clan (urine), tissé à travers des chants de vierges et de formules magiques. Le tissu est tourné dans le sens lunaire pour le rétrécissement, et dans le sens solaire pour la consécration. Le kilt devient ainsi, comme dans les contes celtes, un vêtement de protection guerrière.

Pour aller plus loin :
http://www.keltia-magazine.com/produit/keltia-magazine-n38-avril-2016/

Vidéos youtube pour se donner une idée du chant entonné :

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s